[#15] Olivia - "I quit une carrière en RH pour devenir Cake designer et Coach"


J’ai obtenu un diplôme de Juriste en Droit de la protection sociale, puis j’ai intégré EDF, où j’ai touché à divers métier des ressources humaines. En parallèle, vu que j’ai toujours voulu entreprendre, j’ai créé une entreprise de robes et accessoires de mariage. Mais je ne le prenais pas au sérieux, c’était juste par plaisir...

Sur le papier, mon job au sein d’EDF était top. Mais la réalité était toute autre... D’année en année, j’ai commencé à être de plus en plus fatiguée. J’ai fait des mutations, en espérant que ça serait différent. Mais plus je gravissais les échelons, pire c’était.

Je savais que je ne resterais pas là-bas au-delà de mes 40 ans


Un jour, alors que j’étais enceinte, on m’a découvert une tumeur au rein. Heureusement, elle était bénigne. Mais ça m’a poussée à réfléchir : “Et si tout s’arrête demain ? Qu’est ce que je veux vraiment faire?”. Je me suis alors écrit une lettre à moi-même, disant : “Je veux prendre soin de moi, me faire passer en priorité."


Puis j’ai oublié cette lettre… avant de retomber dessus 2 ans plus tard. Et étant donné qu’à ce moment, au sein d’EDF, j’étais conseillère en parcours professionnel, j’ai décidé de faire le travail sur moi. Il en est ressorti que j’aime beaucoup l’accompagnement et la créativité. Je me suis alors dit : “Je veux ouvrir mon Cupcake Café, et n’y employer que des femmes !”

En fin de carrière, j’étais au bord du burn out et de la dépression. J’ai eu 3 mois d’arrêt maladie, puis après un an de congés sans soldes, j’ai demandé une rupture conventionnelle.

Et en 2019, j’ai décidé de passer mon CAP Pâtisserie en candidat libre ! Dans un premier temps, j’ai beaucoup lu. D’abord des lectures légères sur les cupcakes, la pâtisserie…


Puis je suis passée à des lectures plus profondes, qui m’ont permis de comprendre que j’étais “multi potentielle” : ça m’a rassurée sur le fait que je n’étais pas anormale ! Par la suite, j’ai été énormément aidée par une coach spécialisée “cerveaux droits”. Puis j’ai entrepris un coaching plus orienté business.

Cette fois, je voulais vraiment prendre les choses au sérieux. Contrairement à mon entreprise de robes de mariée, je ne voulais plus douter et me dire : “De toutes façons, ça ne marchera pas”. A l’époque, ça m’avait empêchée de m’impliquer à fond, et j’avais fini par m’autosaboter...

J’avais beau avoir des commandes régulières, j’avais quand même fini par abandonner le projet !


En 2019, j’ai lancé mon entreprise de cake design, Les Gourmandises de Lola. Ce sont des gâteaux décorés bio et sans gluten, et vegan à la demande. J’ai aussi créé une formation pour les entrepreneures dans l’artisanat, l’art et le design, Audace Créativité. Je les aide à développer leur entreprise en préservant leur créativité, et en respectant leur rythme. L’idée, c’est de réapprendre à s’écouter, et d’aligner activités et énergies.

Mon grand projet est d’ouvrir un salon de thé hybride : espace coworking, événements, garderie… J’ai senti un réel changement d’état d’esprit entre la “moi salariée”, et la “moi entrepreneure”. Je n’ai plus besoin de la permission de quiconque !

Parfois, c’est dur. J’ai des petites voix qui me disent: “Mais qu’est ce que tu as fait, tu n’y arriveras pas, tu n’étais pas si mal avant...


En entreprise, entre les réunions et les deadlines, ton agenda se crée de lui-même, de manière rigide. Alors qu’aujourd'hui, j’adore pouvoir gérer mon temps, j’ai la sensation d’une vraie liberté retrouvée. En plus, je suis bien moins stressée. Au sein d’EDF, je culpabilisais quand je ne travaillais pas le week-end ! Quand je me projette, je ne m’imagine pas un instant retourner au salariat.