[#28] - Stan "I quit l’idée d’une carrière juridique pour les médias télévisuels et le yoga"


reconversion professionnelle

« J’ai fait 5 ans de Droit à Assas. Je suivais simplement les traces de mon père qui était juriste… Je me suis dit à l’époque “Ca peut être sympa, ça peut m’ouvrir des portes”. Je n’avais pas de métier de prédilection. J’ai toujours eu un goût pour la propriété intellectuelle rattachée à la TV. J’ai donc postulé et été accepté dans un Master spécialisé. Puis j’ai passé le Barreau. La première fois j’ai échoué.


J’ai retenté, et échoué de peu. Mais j’ai vu ces échecs comme un signe : je n’étais pas fait pour ça. Je venais d’avoir une expérience dans un cabinet d’avocat qui s’était mal passée. Je n’étais pas considéré et je trouvais ça dérangeant. Les tâches étaient stimulantes, mais je ne me sentais pas à ma place. Le plus compliqué, dans cette phase d’introspection, c’est de se dire : “M***, tout ça pour ça.

Et un jour, je décide de tout arrêter ! Je n’ai jamais aimé la médiocrité. On vit dans une société où il faut être bien dans ce que tu fais. Ramer dans un environnement qui ne te correspond pas et où tu te sens comme un étranger, n’aide pas à avancer et à aller de l’avant avec ambition. Du coup, je me suis dit : “On arrête le massacre, je ne passerai pas le barreau une 3ème fois !

J’ai alors été intégré dans un Master 2 Production audiovisuelle. Je n’avais qu’un seul objectif celui de faire de la télé, j’ai toujours aimé ce secteur. Petit, je me voyais présentateur du JT ! Je me suis dit : “La production audiovisuelle s’inscrit dans mon projet de vie et je ne perdrai pas mes 7 ans de droit”. Pour y arriver, j’ai dû chercher un stage… à 28 ans. A cet âge, ça donne l’impression de régresser.


Mais je suis toujours allé là où j’avais envie d’aller. Et parfois, il faut savoir mettre son égo de côté. Je savais que c’était la voie que je voulais, et je me sentais bien ! Je démarre donc mon stage production sur l’émission “4 Mariages pour 1 Lune de Miel”. Tous les week-ends je suis sur un mariage, j’échange avec du monde, et ça me grise. Au bout de 4 mois, on me propose un poste d’Assistant de production.


Puis je décide de faire du casting. Je commence sur la “La France a un incroyable talent”. Ca se passe très bien, j’aime le contact avec les gens. Suite à ça, j’ai été Responsable candidats pendant un an et demi, notamment sur “Bachelor”. J’ai en tête d’accéder au poste de journaliste : j’ai alors fait “Un Dîner presque parfait”, “Les Anges”, “Bienvenue chez nous” et j’en passe !


Aujourd’hui ça fait 7 ans que je fais de la TV, et que je m’y sens comme un poisson dans l’eau. J’aime ce que je fais, ça me procure de l’adrénaline. Avec tous ces tournages … j’ai la bougeotte ! Je trouve ça génial de s’adapter à la personne que tu as en face de toi. En parallèle, pendant le premier confinement, j’ai fait 3 heures de yoga par jour, une vraie passion !

J’ai alors eu un déclic : je suis intermittent, j’ai donc des périodes de temps libre, alors... pourquoi ne pas faire une formation de prof de yoga ? Et j’ai donc suivi une formation en ligne cet été. J’ai obtenu un 200 heures Teacher Training en yoga ! C’est une révélation. Je continue de manger de la viande, je suis dans un mode de vie “normal”... mais à fond yoga.

J’aime les effets de cette discipline, tant sur le plan mental que sur celui du physique… Le yoga m’aide à prendre les choses comme elles viennent. Dans la vie, pro et perso, quand tu n’attends pas les choses, les choses viennent à toi.Je trouve ça merveilleux de vivre de mes deux passions : la télé et le yoga. J’essaie d’être un vrai caméléon, de tout faire, et de le faire bien, c’est-à-dire avec mon cœur.


J’aurais pu être avocat, faire de belles plaidoiries, avoir une belle robe… Mais c’est un milieu très compliqué, peu qui réussissent très bien. Je ne regrette pas mes 7 ans de droit, qui m’ont appris une rigueur, une façon de penser. Il faut profiter de ces situation pour se renouveler, pour proposer d’autres choses. On est dans une société où c’est important de se mettre au défi. Il faut se faire confiance, et se dire que la suite ne peut qu’être plus belle... »