[#32] Sylvain - "I quit une carrière de Manager pour créer Dépasse-toi et aider les autres"


reconversion professionnelle

« J’ai obtenu un Bac S en 1998, puis je suis allé en Bi-Licence : majeure Sport, mineure Psychologie. Mais je me suis blessé... J’ai validé mon DEUG de psycho mais je me suis dis que je n’étais pas prêt à aider les gens mentalement. J’ai donc commencé en 2002 une formation en Statistiques. J’ai fait un stage chez Essilor (leader de l’optique), puis intégré un Master 2 en Informatique, toujours en apprentissage chez eux.


C’était génial, j’apprenais pleins de choses. J’ai rapidement gravi les échelons, du développement à l’analyse à la gestion de projet. En 2006, j’ai mon Bac+5. Informatique en poche. A l’époque, c’était très demandé. Je mets mon CV en ligne, j’ai 50 demandes ! Mais Essilor me rappelle pour être Chef de projet informatique au sein de l’entité France d’Essilor International, et j’accepte.


Les locaux sont supers, j’y vais en traversant le bois de Vincennes à scooter. Je bosse avec le marketing, la production, la logistique. C’est génial. Sauf que je suis Breton, donc au bout d’un moment, Paris m’a oppressé. Janvier 2019, je quitte Essilor du jour au lendemain. Et je signe dans une boîte de prestation informatique à Rennes. Je pensais que retourner en Bretagne me rendrait mon énergie, mais ça n’a pas marché.


Je fais donc une pause d’1 an. Je me pose pas mal de questions. J’ai envie d’être indépendant, mais je me dis que je n’ai ni le potentiel ni le courage… Je me persuade que je ne suis pas capable. Puis j’intègre une autre boîte avec un projet énorme, j’avais du challenge. Mais j’ai réalisé cet “esclavagisme moderne” que je n’avais encore jamais autant remarqué. Traiter les humains comme de la m***, je n’accepte pas !


Je rejoins alors une autre boite pendant 3 ans. J’ai une maison, femme, ma fille mais je ne suis pas heureux. Je veux changer le monde mais ma mission est sans sens… Je fais un burn out (brown out ?). Je quitte la boîte du jour au lendemain. Et fin 2016 commence une introspection profonde. Je commence la méditation. Je fais un test et découvre que j’ai un QI supérieur à 130 (2% de personnes qui fonctionnent différemment).


Je comprends pourquoi je ne supporte pas la luminosité, le bruit. Pourquoi je suis si sensible, si empathique. Pourquoi depuis petit, je ne comprends pas le monde et ça me rend si malheureux. Mais surtout, je découvre que je peux faire beaucoup de choses. Et là, je me lâche ! Je réalise que ma mission profonde est d’aider les gens. Je médite et questionne le monde tous les jours . »


Je passe 2 ans dans ma grotte (mon bureau), à essayer de mieux comprendre le monde… Je me mets à écrire avec un ton simple et fluide. Je vulgarise des sujets complexes du mieux que je peux. En septembre 2019, je crée Dépasse-toi, un podcast pour aider les gens à retrouver du sens. Je me donne un thème, et je réfléchis, je décompose, je me questionne. Au bout d’1 mois, j’ai des mails incroyables. Ca me donne une énergie de dingue.


En parallèle, je passe une certif en PNL (Programmation Neuro-linguistique). Ce sont des méthodes qui permettent aux personnes d’ouvrir des portes, de s’offrir des options de vie : en 4 ou 5 séances, les gens ne se reconnaissent plus. Le psy s’oriente (trop souvent) vers le problème et le passé. Mais le coach s’oriente vers le futur et la solution : tu me parles, j'écoute, reformule, et tu comprends de toi-même la solution...


Moi, je suis “vide”. Je ne fais pas appel à mon expérience. Un bon coach, c’est avant tout une caisse de résonnance. Je suis tellement aligné, que mon carburant, l’humain, est au rendez-vous. Je voulais donner et pendant plus d’un 1 an, j’ai bossé comme jamais, quasiment 50 heures sans vacances. J’ai compris que la vie pouvait être belle grâce à des petits trucs que je voulais partager.


Petit, je voyais le monde noir. J’avais un masque. J’étais vide. Je me remplissais de l’amour des autres. Mais quand tu fais ça, tu es dépendant des autres et malheureux car quand tu es “tout seul”, tu n’es plus rien. Mais quand tu prends le problème dans l’autre sens, que trouves la solution, que tu es aligné, c’est fluide. Pour aimer les autres, il faut s’aimer soi-même. »