[#49] Gaëlle - "I quit mon job de Directrice dans un Big 4 pour créer ma propre boutique d’avocats"


« J’ai fait toutes mes études dans les Ardennes. Pour l’Université, je suis allée à Reims. J’ai fait du Droit, et obtenu une maîtrise (équivalent d’un Master 1) en Droit privé. Puis j’ai trouvé un job en tant que rédacteur juridique dans une Caisse primaire de Sécurité sociale. Mais je me suis ennuyée au bout de 2 ans. J’avais fait le tour.


J’ai alors appris que le concours pour devenir inspecteur du recouvrement à l’URSSAF s’ouvrait sur l’année. Le descriptif du poste avait l’air intéressant. J’ai donc préparé le concours. Il y a 100 places par an, et j’ai été retenue ! Pendant 18 mois, je suis alors partie en formation au sein de l’URSSAF et au centre de Rouen. Puis j’ai été nommée, j’ai prêté serment devant un tribunal… et c’était parti.

Je faisais deux types de contrôles : sur l’application de la législation (vérification de la comptabilité de l’entreprise) et la lutte contre le travail dissimulé (ça consiste à débarquer à l’improviste et à vérifier que les personnes sont déclarées). C’est très relationnel. Avec les gens agressifs, il faut montrer que tu feras ton job. Avec les gens stressés, il faut plutôt être rassurante. C’est un métier très technique et exigeant.

J’ai fait ça pendant 4 ans. Je ne m’ennuyais pas, parce que je me déplaçais beaucoup, et qu’aucune semaine ne ressemblait à l’autre. Il faut toujours te tenir au courant de l’évolution de la législation. Il y a une gymnastique intellectuelle de dingue. Et c’est un métier où tu es libre, tu es à 80% en dehors de l’organisme. Mais un jour, je me suis demandé : “Quelle perspective de carrière j’ai en tant qu’inspecteur URSSAF ?”.


Je me disais qu’au bout d’un certain temps, ce serait difficile de revenir à un job sédentaire et que ce serait difficile de renoncer à ma liberté. J’ai commencé à cogiter. J’ai envisagé de passer le concours de l’EN3S pour être Responsable de service ou Sous-directrice dans un organisme de Sécurité sociale. Mais ça impliquait un nouveau concours, et une nouvelle formation…


J’ai alors eu une offre chez Taj, la société d’avocats de Deloitte. Malgré ma réticence initiale à retourner dans un bureau, j’ai accepté. Le changement a été brutal pour moi. Avant j’étais libre et autonome. Là, tous mes mails étaient relus par mon Directeur. Je n’avais pas de contact direct avec les clients. Mes ami.e.s de l’URSSAF me disaient : “Tu es passée du côté obscur de la force !”.

Mais en 2011, je suis devenue Avocate (j’étais Juriste). Porter la robe, aller plaider, c’était génial. Du coup, je suis restée 10 ans chez Taj Deloitte… J’ai évolué jusqu’au grade de Directrice. Mais tu travailles tellement ! De grade en grade, ton objectif de C.A. augmente (et plus vite que ta rémunération...). Quand tu pars à 17h, tu culpabilises. J’ai reçu plusieurs primes... Mais je me suis dit : “Ca fait quelques années que je m’oublie”.

Je suis partie en vacances, et le jour de mon retour, je me suis dit : “Je ne peux pas rester là”. J’ai alors eu un déclic : j’ai décidé de créer ma propre boutique d’avocat, spécialisée en droit social. Une ancienne collègue de Taj Deloitte s’est associée à moi. On apprend beaucoup : déontologie, technique… J’adore le fait de développer mon propre business. Avant, les dossiers arrivaient tous seuls sur mon bureau !


La première année, le business était calme. Puis ensuite, bouche à oreille, et ça prend de l’ampleur. Chez Taj Deloitte, tu es un peu en autarcie. Tu n’as que des relations avec les Big 4 Quand tu fais un audit, en face, c’est souvent PwC. Là, je bosse avec des pénalistes, des gens en droit du travail, en droit des affaires. Tu partages tellement plus avec les autres avocats. Il y a tellement de richesse dans ce métier !

Et puis, c’est ma boîte : si je veux partir à 17h, et bosser depuis chez moi, je peux ! J’ai enfin retrouvé un équilibre vie perso-vie pro que je n’avais plus depuis plusieurs années. Alors même si entreprendre est stressant, tu as une liberté qui compense. Et intellectuellement et humainement… C’est super enrichissant ! »