Lecture [#4] - Une farouche liberté, de Gisèle Halimi

Dans Une farouche liberté, Gisèle Halimi revient avec son amie, Annick Cojean, sur certains épisodes marquants de son (incroyable) parcours. Gisèle Halimi, c’est 70 ans de combats et d’engagement au service de la justice et de dévouement à la cause des femmes.


L’avocate encourage les femmes à ne pas baisser la garde, rester solidaires et vigilantes, et les invite à prendre le relais dans le combat essentiel pour l’égalité.

Gisèle Halimi

Extraits :


« Soyez égoïstes ! (...) Les femmes ont trop souvent le sentiment que leur bien-être doit passer après celui des autres, les parents, les enfants (...). Elles craignent de s’imposer, d’exiger, de révéler leurs envies ou ambitions, de se mettre clairement en avant. »


« Rebellez-vous ! Pensez enfin à vous. A ce qui vous plaît. A ce qui vous permettra de vous épanouir, d’être totalement vous-mêmes et d’exister pleinement. (...) Fichez-vous des railleries et autres jalousies. Vous êtes importantes. Devenez prioritaires. »


« La maternité ne doit pas être l’unique horizon. (...) La maternité n’est ni un devoir ni l’unique moyen d’accomplissement d’une femme. Elle mérite réflexion, considération, sans aucune autocensure (...). Ce doit être une décision prise en liberté (...). Un engagement réfléchi et lucide. »


« N’ayez pas peur de vous dire féministe. C’est un mot magnifique (...). C’est un combat valeureux qui n’a jamais versé de sang. Une philosophie qui réinvente des rapports hommes-femmes enfin fondés sur la liberté. Un idéal qui permet d’entrevoir un monde apaisé (...). »


« Disons qu’on a bien déblayé le terrain. Mais il faut une relève à qui tendre le flambeau. Le combat est une dynamique. Si on arrête, on dégringole. Si on arrête, on est foutues. Car les droits des femmes sont toujours en danger. Soyez donc sur le qui-vive, attentives (...). »


« Soyez dans la conquête. Gagnez de nouveaux droits sans attendre qu’on vous les “concède”. (...) Désunies, les femmes sont vulnérables. Ensembles, elles possèdent une force à soulever des montagnes et convertir les hommes à ce mouvement profond. »